a) Savoir lire une étiquette

Faisons un petit exercice ensemble : je vous invite à aller chercher le sac de croquettes de votre animal et nous allons ensemble apprendre à lire l’étiquette.
Vous allez voir, c’est très facile.

D’abord, il faut rechercher le paragraphe « Composition » ; le plus souvent, c’est écrit en tout petit (parfois même en microscopique ; prévoyez une loupe !) et c’est souvent sur le côté du sac, perdu entre les mentions russes et finlandaises….

Une fois que vous l’avez trouvée, la seule chose qu’il faut savoir est que cette liste d’ingrédients est décroissante : elle va de l’ingrédient le plus important au moins important en terme de quantité.
Donc concrètement, il faut lire les 4 ou 5 premiers composants pour savoir si ces croquettes répondent bien aux besoins de votre animal et si elles sont de qualité.

Prenons un exemple concret avec des croquettes pour chat d’un bon rapport qualité/ prix :

(vous pouvez faire pareil avec les croquettes pour chien) :

Ultima – Chats stérilisés adultes (sac vert de 3 kg) :

Composition :

1) Poulet (15 %)
2) Protéines déshydratées de volaille
3) Blé
4) Maïs
5) Orge (4 %)
6) Farine de gluten de maïs
7) Protéines déshydratées de porc
8) Protéines animales hydrolysées
9) Pulpe de betterave
10) Graisses animales
11) Fibre végétale
12) Sel
13) Huile de poisson
14) Chlorure de potassium
15) + une longue liste d’additifs (secondaire pour estimer de la qualité d’un aliment)

 

Commentaires en particulier, point par point :

 

1) Poulet (15 %) :
seulement 15 % de poulet or  le chat doit avoir 50 % de viande !
De plus, il n’est pas précisé si c’est de la viande (= du blanc, du filet) ou des sous-produits (carcasse, plumes, pattes, bec,…). Donc ici, ce n’est certainement pas des filets de qualité qui sont utilisés (sinon les fabricants n’auraient pas oublié de le préciser !).
Pour résumer, l’apport en viande de ces croquettes représente moins d’un tiers des besoins journaliers du chat, lui qui est un carnivore obligatoire !

2) Protéines déshydratées de volaille :
il s’agit de farine de poulet, constituée des abats et des déchets du poulet (carcasse, plumes, pattes, viscères,….) séchés et réduits en poudre. On est loin d’un apport de viande de qualité….

3) Blé    :
céréale dont le % n’est pas précisé mais compris entre 15 et 4 % (vu sa place dans la liste des composants).
Pour rappel, les céréales sont un ingrédient ne faisant pas partie du régime alimentaire normal d’un carnivore tel le chat (ou le chien), et qui lui sont très difficiles à digérer (problème de diarrhée, d’inflammations à répétition,….)

4) Maïs :
céréale dont le % n’est pas précisé mais compris entre 15 et 4 % (vu sa place dans la liste des composants). C’est une céréale qui peut être considérée comme un légume, dont le chat a besoin a hauteur de +/- 30 %

5) Orge (4 %) :
céréale ne devant normalement pas faire partie de l’alimentation du chat, et qui est difficile à digérer pour lui

Remarque très importante :
en additionnant le blé (entre 4 et 15 %), le maïs (entre 4 et 15 %) et l’orge (4 %), on se rend compte que ces croquettes sont surtout composées de céréales au lieu de viande !
En fait, en listant les céréales de façon distincte (lister blé – maïs – orge séparément au lieu de la mention globale « céréales »), cela permet aux fabricants de jouer sur les pourcentages.
S’ils avaient indiqués « céréales », les pourcentages de ces diverses composants se seraient additionnés et les végétaux étant les plus importants, le mot « céréales » aurait dû apparaître en premier (avant « poulet »), ce qui n’est pas très vendeur et ne les arrange pas !
Autrement dit, c’est une façon de jouer sur les mots pour manipuler les chiffres, contourner la législation des composants décroissants et tromper le consommateur !

6) Farine de gluten de maïs :
le gluten est une protéine qui permet au pain ou à la croquette de bien se tenir compact et de ne pas tomber en miettes. Or cette protéine est allergisante et donne de nombreux problèmes de gratouille, de démangeaison, de maladies de peau, aussi bien chez l’humain que chez l’animal (ona d’ailleurs sorti des aliments « sans gluten » pour éviter ces maladies).

7) Protéines déshydratées de porc :
farine de déchets de porc (abats, carcasse,…) ; ce n’est pas de la viande et le % n’est pas précisé mais on est à moins de 4 %…. autrement dit des miettes.

8) Protéines animales hydrolysées :
idem que les farines de poulet ou de porc évoqués précédemment (encore des miettes).

9) Pulpe de betterave :
déchet de l’industrie sucrière ; très petit apport de fibres de très faible qualité (et à un coût très intéressant pour les fabricants).
Mais la meilleure source de fibres pour les carnivores sont les légumes (et les fruits), et non les sous-produits de betterave…

10) Graisses animales :
Les fabricants en rajoutent pour « napper’ les croquettes non appétentes et ainsi attirer les chiens et les chats. Origine non précisée et vu sa place dans la liste des composants, la quantité n’est pas énorme….

11) Fibre végétale :

Origine non précisée et quantité infime vu sa place dans la liste des composants.
Pour rappel, les meilleures sources de fibres pour les carnivores sont les légumes (et les fruits).

12) Sel : (NaCl)
Ajout d’une quantité non précisée ; comme source de chlore et de sodium.
Problématique chez certains animaux (insuffisance rénale, insuffisance cardiaque, hypertension,…)

Remarque très importante :
Depuis longtemps, une marque voit toutes ses références beaucoup trop salées, aussi bien les croquettes que les boîtes ou les sachets : il s’agit de WHISKAS.
En effet, il n’y a aucun intérêt de saler plus que de raison l’alimentation, si ce n’est pour augmenter la prise de boisson.
Mais les effets néfastes de rations trop salées sont bien plus importantes sur la santé (maladies, hypertension,…) que l’aspect bénéfique de vouloir faire boire !
C’est donc une marque que je déconseille très fortement !

13) Huile de poisson :
Origine non précisée et quantité infime vu sa place dans la liste des composants.
Dommage parce que cet ingrédient est très intéressant pour les carnivores s’il est de qualité.

14) Chlorure de potassium :
c’est une forme de sel, pour apporter du chlore (encore !) et du potassium.

15) Les additifs sont secondaires pour estimer de la qualité d’un aliment.
Cette dernière dépend surtout des ingrédients principaux, ce que nous venons de voir.

 

Commentaires en général sur cette composition :

On vient de le voir : les ingrédients des croquettes ne correspondent pas beaucoup à ce que notre chien ou notre chat devrait manger normalement.
Et les quelques ingrédients intéressants (poulet, maïs) y sont en quantité très faible, sans oublier la faible qualité de départ (sous-produits, déchets).

De plus, il ne faut pas oublier que tous ces ingrédients sont chauffés, surchauffés, pasteurisés, désséchés et « croquettisés », ce qui détruit d’autant le peu de nutriments qu’ils contiennent…

Vous venez donc, à travers cet exemple concret, de décrypter ce qu’il y a dans les croquettes pour animaux de compagnie. Vous pouvez maintenant le faire avec n’importe quel sac de croquettes, aussi bien pour chien que pour chat.

Vous pourrez ainsi mieux vous rendre compte de la qualité des croquettes, du rapport qualité/ prix et choisir au mieux l’aliment de votre compagnon.

Dr. Ariane

Phyto-animaux

 

Ce texte, ses illustrations et tous les autres éléments de cet article sont protégés par le droit d’auteur international.
Toute communication au public, adaptation, traduction, arrangement ou autre exploitation, modification de tout ou partie de cet article sous quelle que forme et par quel que moyen que ce soit, est strictement interdit sauf accord préalable et écrit de Phyto-Animaux.
Vous êtes autorisés à faire une copie de la totalité de l’article pour usage privé ou pour distribution non commerciale, à la condition impérative de conserver cette notice légale dans le texte, et d’en communiquer la source (Site : http://www.phyto-animaux.com ).
Toute infraction à ce qui précède peut entraîner des poursuites civiles ou pénales.