9. Le dosage pour les différentes espèces animales

 

La très grande variation de poids et de taille suivant l’espèce ou la race peut poser problème en phytothérapie vétérinaire, comme on l’a vu dans le Chapitre 7 (« Les particularités animales et la phytothérapie ») au paragraphe b (« Très grande variation de taille et de poids selon les animaux »),

De plus, le choix des formes de plantes utilisées peut faire varier la dose pour les animaux (voir Chapitre 6 + Chapitre 8).

La fixation de la posologie résulte donc de plusieurs facteurs :
–  l’espèce animale
–  le poids de l’animal
–  la forme de plante choisie
–  la durée du traitement.

LES COMBINAISONS POUVANT ETRE INFIMES, NOUS ALLONS RESUMER ICI LES GRANDES LIGNES PRINCIPALES, UTILES, PRATIQUES ET EFFICACES CONCERNANT LA POSOLOGIE EN PHYTOTHERAPIE VETERINAIRE.

 

  •  Posologies habituelles par voie orale pour un mélange de plantes :

 

a)  le mélange de plantes sèches :

c’est la forme la plus pratique d’utilisation de la phytothérapie, que ce soit pour les chiens, les chats ou les chevaux.

CHAT :  3 à 5 g/ jour d’un mélange de plantes pour un chat (soit 1/2 à 1 petite cuillère à café)

CHIEN :
– 5 g/jour d’un mélange de plantes pour un chien de moins de 10 kg (soit 1 cuillère à café)

– 10 g/jour d’un mélange de plantes pour un chien de 10 à 30 kg (soit 2 cuillères à café)

– 15 g/jour d’un mélange de plantes pour un chien de plus de 30 kg (soit 1 cuillère à soupe)

CHEVAL :
– poney, petit cheval, âne (+/- 200 kg) : 10 g/jour (soit 2 cuillères à café)

– cheval moyen (500 kg) :    15 g/jour (soit 1 cuillère à soupe)

– grand cheval (700-800 kg) : 20 g/jour (soit 4 cuillères à café)

Il s’agit de la posologie classique pour une dose d’entretien.

Si nécessaire, notamment en cas de problème grave, ou pour rapidement atteindre une efficacité (par exemple en cas de douleur importante), on peut donner une dose d’attaque en doublant ces quantités journalières pendant les 4 ou 5 premiers jours de traitement.

 

b)  Une autre forme est éventuellement le sirop d’EPS :

La posologie classique d’entretien est :

pour les chiens et chats :        1 ml par 5 kg et par jour  (maximum 5 ml/jour pour les gros chiens)

pour les chevaux :         15 ml pour 400 kg,  habituellement une fois par jour.

Si nécessaire, on peut donner cette dose 2 à 3 fois par jour, mais il faudra alors diluer le sirop avec de l’eau.

L’inconvénient est qu’il faut de préférence faire avaler à la seringue car l’odeur et le goût sont trop forts pour nos compagnons.

Chez le chat ou l’animal difficile, cette solution est à oublier car il ne se laissera pas faire, en tout cas pas durant toute la durée du traitement.

  •  Durée des traitements habituels avec les plantes :

En phytothérapie, il y a une grand principe de base qui est celui que tout traitement phytothérapeutique doit se faire en cures relativement courtes et discontinues.
En effet, il ne faut normalement jamais faire de cures longues et continues sur plusieurs mois, car soit c’est inutile, soit cela risque de déséquilibrer l’organisme, soit cela va surcharger les organes de métabolisation et d’élimination (le foie et les reins ; lire le Chapitre 7 : « Les particularités animales et la phytothérapie »).

La nature n’aime pas le « trop peu », mais elle n’aime pas le « trop » non plus.

Pour préserver et favoriser la santé, il faut un juste milieu.

 

Durée et Fréquence conseillées :

–    en cas de maladie classique :     1 cure de 7 à 10 jours par mois

–    quand la maladie est chronique ou que le cas est plus grave :

=>    soit une cure plus longue de 10 à 15 jours (à reprendre éventuellement 10 jours plus tard)

=>    soit 1 cure à faire 1 semaine sur 2.

Malheureusement, ce principe n’est pas souvent respecté par les firmes vendant des traitements à base de plantes, puisqu’elles préconisent erronément des traitements longs et continus.
En effet, ainsi elles vendent toujours plus, pour des raisons purement financières.
Ces raisons vénales sont condamnables d’un point de vue éthique, moral et vétérinaire, puisque ces « suremplois » de plantes peuvent favoriser des déséquilibres de l’organisme, parfois tout aussi néfastes et dommageables pour le corps que la maladie primitivement traitée.

 

Quelques exemples de problèmes avec des cures longues et continues :

– donner non stop des probiotiques aux chevaux favorise les fermentations intestinales, et donc augmente très dangereusement le risque de coliques, une pathologie gravissime chez nos équidés

– l’usage prolongé d’ail ou de reine des prés chez les chevaux favorise la fluidification du sang, pouvant déboucher sur des problèmes sérieux de micro-hémorragies ou d’hématomes très problématiques s’ils se trouvent dans le pied, pouvant mener à de la fourbure (lire l’article complet : « Fourbure »)

– l’utilisation de plantes diurétiques à long terme va littéralement « assécher » l’organisme, avec à terme des pertes hydriques et électrolytiques conséquentes sur l’organisme (par exemple une hypokaliémie provoquant des troubles cardiaques, des troubles nerveux et musculaires, de l’épilepsie secondaire,….)

– certaines plantes contiennent beaucoup de minéraux utiles à l’organisme, mais toxiques en cas de surdosage (hypercalcémie, hyperkaliémie, calculs urinaires, calculs biliaires,…)

l’ortie, très intéressante en phytothérapie, contient aussi de l’histamine, une molécule stimulant l’immunité mais favorisant les allergies si l’organisme en est surchargé.

Et les exemples de ce type sont légion, illustrant bien la nécessité de respecter la physiologie et de ne donner au corps que ce dont il a besoin.

C’est ce qu’on résume avec le principe de cures courtes et discontinues.

 

 

Dr. Ariane

Phyto-animaux

 

Ce texte, ses illustrations et tous les autres éléments de cet article sont protégés par le droit d’auteur international.
Toute communication au public, adaptation, traduction, arrangement ou autre exploitation, modification de tout ou partie de cet article sous quelle que forme et par quel que moyen que ce soit, est strictement interdit sauf accord préalable et écrit de Phyto-Animaux.
Vous êtes autorisés à faire une copie de la totalité de l’article pour usage privé ou pour distribution non commerciale, à la condition impérative de conserver cette notice légale dans le texte, et d’en communiquer la source (Site : http://www.phyto-animaux.com ).
Toute infraction à ce qui précède peut entraîner des poursuites civiles ou pénales.