10. Quelles plantes choisir pour quelles maladies ?

 

 

Pour arriver à préparer un mélange de plantes qui sera efficient pour votre animal, il vous faudra connaître surtout 2 choses très importantes :

1)  la maladie de votre animal, la cause de son problème et sa pathogénie (le processus d’installation et de développement du mal)

2)   les diverses plantes et leurs actions respectives, ainsi que les molécules qui les composent (pour éviter les toxicités, les problèmes de métabolisation chez le chat,…).

 

Chacun de ces deux points pouvant à lui seul représenter un gros ouvrage, il est donc évident qu’il n’est pas possible ici, dans un simple article, de parcourir toutes les maladies des animaux de compagnie, de décrire tous les traitements phytothérapeutiques possibles grâce aux plantes et d’établir la correspondance entre les deux.

Cela représente un travail conséquent – qui est en cours – et qui fera l’objet de publications dans les mois qui viennent. En effet, 2 livres sont actuellement en préparation, l’un pour la phytothérapie chez les chevaux et l’autre pour les chiens et les chats.

 

 

Mais ce qu’on peut déjà en dire, c’est décrire « la philosophie » et la méthodologie de base de la phytothérapie vétérinaire.

 

Le principe pour élaborer un mélange de plantes se déroule en plusieurs étapes :

 

1) il faut cerner et bien connaître la maladie que l’on veut traiter chez son animal, en ayant des connaissance sur la cause et la pathogénie

 

2) il faut établir une liste de symptômes et des signes qu’il faut freiner, bloquer, améliorer ou arranger

Exemple :

pour un chien de 20 kg souffrant d’une tendinite avec oedème, on peut lister :
– l’inflammation à diminuer
– l’oedème à éliminer par un diurétique (draineur rénal)
– le caractère « accumulateur » (l’oedème est un signe de maladie de surcharge)
– d’éventuels faiblesses vasculaires qui favorisent la sortie du liquide hors des vaisseaux, faisant apparaître l’oedème
– la cause probable : un manque d’élasticité des tendons qui sont normalement bien souples

soit dans ce cas : 5 signes à améliorer

 

3)  Vous choisissez 1 à 2 plantes de chaque catégorie de plantes adéquates proposées comme solution pour les symptômes (NB : ces catégories seront expliquées et bien décrites avec les plantes correspondantes dans les ouvrages en cours)

Pour notre exemple :

– l’inflammation     => à diminuer avec une plante anti-inflammatoire
– l’oedème         => à éliminer par une plantes diurétique (draineur rénal)
– le caractère « accumulateur », la surcharge     => on peut drainer aussi le foie
– d’éventuels faiblesses vasculaires     => on va renforcer les vaisseaux avec une plante vasoprotectrice
– la cause probable : un manque d’élasticité des tendons => on va utiliser une plante reminéralisante, riche en silice pour rendre les tissus plus élastiques

soit  dans ce cas : 5 plantes que l’on va récapituler et choisir comme suit :

– une plante anti-inflammatoire                                => l’harpagophytum
– une plantes diurétique (draineur rénal)                  => le pissenlit
– une plante drainant le foie                                       => l’artichaut
– une plante vasoprotectrice                                     => le cassis
– une plante reminéralisante et riche en silice         => la prêle

Donc 5 plantes disponibles sous forme de poudre sèche

 

4) Vous calculez les quantités nécessaires :

Sachant qu’il s’agit d’un chien de 20 kg, la posologie du mélange doit être de 10 g/jour pendant 10 jours (voir le Chapitre 9 : « Le dosage »).
Donc il faut préparer un mélange de 100 g (= 10 g x 10 jrs).

Comme on a choisi 5 plantes :
le mélange de 100 gr est divisé en 5 composants = il faudra 20 g de chaque plante

 

5) Vous pouvez commander sur le site de Phyto-animaux les plantes de votre choix, dans des quantités mimimales

 

6) Vous mélangez les plantes choisies en quantités adéquates :

donc vous pesez 20 g de chaque plante et vous les mélangez de manière homogène

 

7) Vous donnez à votre chien une dose de votre préparation par jour,

soit 10 g à mélanger dans la ration pendant 10 jours

 

8) Vous pouvez conserver votre phyto-préparation dans un bocal en verre, au frais et à l’abri de l’humidité (conservation : 1 an).

 

 

Bien sûr, cette méthodologie est relativement simple. Mais c’est une bonne façon d’aborder la phytothérapie, en préparant vous-même un mélange simple mais déjà très efficace pour aider votre compagnon.

C’est une bonne solution de base pour des maladies courantes et relativement simples.

 

De plus, avec cette façon de penser et de faire, vous pourrez mieux analyser un éventuel traitement à base de plantes.

Cela vous permettra d’être plus critique et plus armé pour dénicher les « arnaques ».
Enfin, les mélanges de plantes proposées sur le site de Phyto-animaux sont évidemment bien plus complexes et complets, car ils englobent aussi des nutriments complémentaires adéquats. Ils concernent aussi bien des pathologies « simples » (si vous n’avez pas envie de faire vos préparations vous-même) que des maladies beaucoup plus complexes.

 

Dr. Ariane

Phyto-animaux

 

Ce texte, ses illustrations et tous les autres éléments de cet article sont protégés par le droit d’auteur international.
Toute communication au public, adaptation, traduction, arrangement ou autre exploitation, modification de tout ou partie de cet article sous quelle que forme et par quel que moyen que ce soit, est strictement interdit sauf accord préalable et écrit de Phyto-Animaux.
Vous êtes autorisés à faire une copie de la totalité de l’article pour usage privé ou pour distribution non commerciale, à la condition impérative de conserver cette notice légale dans le texte, et d’en communiquer la source (Site : http://www.phyto-animaux.com ).
Toute infraction à ce qui précède peut entraîner des poursuites civiles ou pénales.